Intégration et laïcité : de l'action, oui; un procès, non!

Nous, Québécoises et Québécois de toutes origines, dénonçons avec force le désastreux bilan de 15 ans de gouvernement libéral qui a pour effet de fragiliser notre vivre-ensemble collectif.

Par son inaction, ses compressions et son absence de volonté, le gouvernement libéral est resté insensible devant des taux de chômage élevés chez les Québécois d’adoption, a refusé d’agir concrètement contre la discrimination en emploi et dans le logement, a réduit les budgets de francisation pourtant essentiels à la réussite de l’intégration. De plus, le gouvernement du PLQ refuse depuis 10 ans de doter la société québécoise de balises claires et consensuelles concernant les accommodements et les signes religieux. Il nourrit ainsi l’insatisfaction et la frustration d’un grand nombre de Québécoises et de Québécois.

Refusant d’engager immédiatement une action nécessaire, à la fois sur les accommodements et sur l’intégration, le gouvernement libéral propose maintenant d’envenimer la situation en lançant une consultation sur « le racisme et la discrimination systémique » qui auraient cours au Québec. Nonobstant la discussion d’experts qui pourrait avoir lieu sur cette notion et la bonne volonté de plusieurs des personnes qui composent le comité-conseil créé par la ministre et de celles qui soutiennent de bonne foi cette proposition, le fait est que la tenue de cette consultation est une perte de temps, alors que des solutions concrètes sont disponibles et peuvent être appliquées sans délai.

Pire, cette consultation sera vue par les Québécois comme une mise en accusation de leur comportement général, alors que, malgré les lacunes inhérentes à toutes les sociétés, le Québec est une nation remarquablement ouverte et tolérante. Sa tenue ne peut donc conduire qu’à une aggravation des tensions.

C’est pourquoi nous réclamons :

1)L’abandon immédiat du projet de consultation sur le racisme et la discrimination systémique;

2)L’adoption d’un projet de loi omnibus et d’un calendrier d’actions sur l’intégration en emploi et la lutte contre le racisme et l’intimidation, inspiré notamment des 20 mesures proposées en février par l’opposition officielle;

3)L’adoption d’un projet de loi regroupant les mesures consensuelles sur les accommodements et signes religieux.

Vous êtes d'accord? Ajoutez votre nom!